Home / Ça t’intéresse  / Combat de coqs: une pratique de maltraitance et de violence

Combat de coqs: une pratique de maltraitance et de violence

Combat de coqs: une pratique de maltraitance et de violence Le combat de coqs est un passe-temps très commun dans de nombreuses parties de l'Ibéro-Amérique. Sa légitimité et sa légalité ont été largement résolues, et la

Pelea de gallos

Combat de coqs: une pratique de maltraitance et de violence

Le combat de coqs est un passe-temps très commun dans de nombreuses parties de l’Ibéro-Amérique. Sa légitimité et sa légalité ont été largement résolues, et la tendance mondiale indique une interdiction totale. Mais pourquoi cette interdiction est si difficile d’atteindre. Nous vous le dirons ici.

 

Le commerce de combat de coqs  

Une des raisons pour lesquelles les combats de coqs ont été si prolifères, c’est pour l’argent qu’ils rapportent. Malgré leur cruauté inhérente et leur caractère clandestin, les combats de coqs sont une industrie d’un million de dollars. L'”industrie” des coqs n’est pas simplement réduite à des paris, bien que ceux-ci motivent le reste de la machinerie corporative.

Les combats de coqs impliquent un réseau d’éleveurs et de formateurs, ainsi que des arènes de combat et une industrie de services. C’est sans compter l’aspect clandestin dans les pays où il est illégal, parce que dans ces cas la corruption abonde. Dans des pays comme Porto Rico, les combats de coqs génèrent des revenus d’environ 100 millions d’euros par an.

Histoire

Les combats de coqs, bien qu’ils soient étroitement liés à la culture hispanique, sont originaires de l’Orient. Depuis plus de 6000 ans, ce passe-temps a été perfectionné en Chine et en Inde. En raison de contacts culturels entre l’Asie et l’Europe, les combats ont atteint l’Empire romain et sont devenus populaires. Ici, ils sont devenus une manifestation de la virilité et du pouvoir économique.

Avec l’effondrement de l’empire, ses colonies ont conservé une grande partie du patrimoine culturel. Ainsi, les combats de coqs sont devenus si importants pour la culture ibérique. Pendant la conquête, les colons ont introduit cette activité sur le continent américain. Depuis lors, elle a été considérée une manifestation culturelle qui s’étend de l’Argentine jusqu’aux États-Unis.

Opinions

Pendant des millénaires à travers le monde, et des siècles spécifiquement en Amérique, les combats de coqs jouissaient d’une liberté juridique totale. Dans la seconde moitié du siècle dernier, avec le développement des mouvements humanistes populaires à travers le monde, cela a changé. L’opinion publique et juridique concernant les combats de coqs a pris une tournure abrupte, les jugeant humainement et éthiquement répréhensibles.

Les sociétés de protection des animaux les ont sérieusement condamnées et les ont qualifiées d’actes de sadisme injustifiables envers les animaux sans défense. Différents gouvernements ont également cherché des moyens d’apaiser ces activités. C’est parce que de nombreuses entreprises de drogues illicites et de trafic se bénéficient autour de ces types d’activités. De plus, elles incitent à la violence et à la brutalité.

Les défenseurs de ces combats se concentrent sur le poids culturel qu’ils ont pour les Américains hispaniques. Étant une pratique presque ancestrale, elle a été profondément introduite dans la culture et fait partie de l’identité historique de nombreux peuples. De plus, comme nous l’avons déjà mentionné, c’est une industrie de plusieurs milliards de dollars qui favorise même les politiciens qui la défendent.

Réalité

Malgré ces défenses, les combats de coqs sont devenus synonyme de clandestinité, de violence et de bas-fonds. Cette industrie déplace une machine de maltraitance animale qui soumet les coqs à des conditions déplorables de torture. En outre, il s’agit généralement d’une industrie contrôlée par des cartels criminels, même lorsqu’elle est légale.

Bien qu’ils soient populaires dans les communautés à faible social, de nombreuses institutions de pouvoir se sont prononcées contre. Il y a beaucoup de pays qui les ont complètement interdits, et où rien du tout n’est certainement une demande commune. L’activité barbare des corridas de taureaux devraient être totalement illégale dans les décennies à venir.

Espèces de coqs utilisées pour les combats

Les coqs de combat ne sont pas ceux que l’on voit généralement dans une ferme ou un zoo de contact. Ces animaux ont été élevés spécifiquement pour combattre, à la fois dans leur conformation physique et dans leur comportement. Pour cette raison, les coqs sont considérablement coûteux, un coq de combat pourrait coûter des milliers de dollars. Les prix varient en fonction de la ligne et de la race.

combat de coqs

Les principaux types de coqs utilisés pour les combats sont: le coq de Malaisie, le coq shamo, le coq d’asile et le coq kelso.

Ceux-ci sont assez petits par rapport à ceux de la ferme. Ils peuvent mesurer la moitié d’un coq normal. Ils ont une silhouette élancée et agile qui leur permet une meilleure mobilité lors des combats.

Selon les lois régionales, les éperons peuvent être complètement supprimés ou accentués avec des feuilles métalliques.

Pays où se déroulent des combats de coqs

Le combat de coqs est extrêmement populaire en Asie du Sud et en Amérique latine. Ils sont également particulièrement populaires sur les îles tropicales du Pacifique où les deux cultures convergent. Le statut juridique, cependant, n’est pas si homogène. Dans de nombreux pays, cette pratique a été interdite, en particulier en Amérique, mais en Asie, elle est très fréquente et généralement légale.

L’origine de l’activité a lieu quelque part dans la vallée de l’Indo, elle est donc très populaire dans cette région. Des pays comme l’Iran, le Pakistan et l’Inde ont des combats de coqs à un niveau populaire et professionnel. De là, ils se sont déplacés vers des pays comme la Chine et s’est propagée aux îles du Pacifique comme la Thaïlande et l’Indonésie.

Dans les Amériques, le combat de coqs est particulièrement populaire dans les Caraïbes et en Amérique centrale. À Cuba est une pratique faite au niveau professionnel et est  aussi approuvée par l’État. Par contre, aux États-Unis les combats de coqs sont interdits et sont considérés illégales, nonobstant ils ont été très populaires tout au long de l’histoire de ce pays. Particulièrement dans les états du sud qui ont plus de contact culturel avec le Mexique.

Combat de coqs: une pratique de maltraitance et de violence

L’illégalité et la pénalisation des combats de coqs ne sont pas une solution définitive et immédiate. Cela motive généralement les combats clandestins, augmentant encore la nocivité de ces activités. Toute sanction doit être accompagnée d’une campagne de sensibilisation. Cela devrait être fait pour s’assurer que les générations futures condamnent les combats afin qu’ils ne deviennent pas une pratique continuée.

Et rappelez-vous que dans les BBI Laboratorios, nous sommes spécialisés dans le sexado de aves por ADN. Vous pouvez également nous suivre sur nos principaux réseaux sociaux (FacebookTwitterInstagram), où nous partageons des informations pertinentes sur notre activité et le monde des oiseaux.

Lecteur avide, créateur de contenu et fan d’encre et de stylo. Demandez-moi si vous avez besoin d'aide dans la zone de commentaire !

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT